Comment faire un jardin de pluie à la maison?

Comment faire 4

Aujourd’hui, Martine Lanoue, vice-présidente du C.I.EAU, vous explique comment réaliser un jardin de pluie à la maison. C’est parti!

En ce temps de simili-confinement, vous avez décidé d’aménager un jardin de pluie à la maison? Super! L’exemple d’aménagement ici vous permettra de conserver de l’eau pour l’arrosage pendant les canicules en plus de retenir sur votre lot les quelques milimètres qui se déverseront sur votre toit lors d’une pluie.

Élément essentiel : vous devez avoir des gouttières sur votre maison!

Où faire le jardin de pluie?

Choisissez un emplacement à au moins trois mètres des fondations, vers un point bas et avant la rue. Évitez l’emprise de rue!

Quelle grandeur doit faire le jardin de pluie?

Dessinez les contours à l’aide d’une ficelle : un jardin d’environ 90 par 150 centimètres est suffisant pour une résidence unifamiliale. Dans l’exemple ici, l’eau d’un versant du toit ainsi que l’eau ruisselant sur la pelouse s’écoulera vers le jardin pluvial.

Comment faire le jardin de pluie?

Faites-vous un plan en prenant une forme au choix. Ici, le choix fut de la forme d’un haricot. Creusez le jardin pluvial (environ 30 centimètres) et disposez de la terre en formant une berme en demi-lune afin de retenir l’eau qui ruisselle. Mélangez du sable grossier (prenez celui à mortier en quincaillerie) avec du compost et du sol d’origine dans une proportion d’environ 30%-30%-30%.

Le type de plante choisie est aussi crucial. Il faut des plantes capables de gérer des changements de condition d’humidité très variantes. Il s’agit normalement des plantes qui sont à l’aise dans des conditions sèches, mais qui tolèrent des épisodes très humides. Il faut également que ce soit des plantes indigènes pour que le jardin pluvial ne requière peu d’entretien. Les choix ici furent : Asclepias incarnata (ai), Chelone glabra (cg), Calamagrostis canadensis (cc), Verbana hastata (vh). La disposition dans le jardin est dictée par leur hauteur à maturité.

Disposez les plantes selon le plan. Mettez en terre et arrosez abondamment. La première année demande un arrosage fréquent afin de permettre le développement racinaire. Par la suite, aucun arrosage n’est requis.

Je vous suggère de mettre du paillis de cèdre naturel pour minimiser le désherbage qui est requis les premières années. Par la suite, les plantes choisies occuperont tout l’espace.

Comment relier tout ça?

Creusez une tranchée entre le baril récupérateur d’eau de pluie (discrètement caché par le cèdre et optionnel car on peut raccorder les gouttières directement au jardin d’eau pluvial) et le jardin. Le choix de la conduite ici fut du carlon 1.25po pour s’adapter au trop-plein du baril. Le choix est à votre discrétion : ça pourrait être une conduite noire percée… ou une tranchée de gravier etc…

Remettez les mottes de gazon en place et raccordez la gouttière au baril d’eau de pluie.

C’est le trop-plein du baril qui est relié au tuyau de carlon qui se dirige vers le jardin de pluie. Le robinet au bas du baril sera utile pour arroser vos plantes.

Vous devriez obtenir quelque chose qui ressemble à ça:

Pour les visuels comme moi, voici un schéma (non à l’échelle) :

Vous voulez tenter l’expérience? Partagez vos photos et vidéos sur les réseaux et identifiez-nous! @centred’interprétationdel’eau #lecieauchezvous

Partager cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email