Les manomètres de Sainte-Anne-De-Bellevue – La suite

Panneau monté de six cadrans indicateurs

Cachées aux yeux du public, les réserves du C.I.EAU conservent certains trésors du patrimoine industriel sur l’eau du grand Montréal.

La collection de manomètres anciens du C.I.EAU permet d’imaginer le quotidien des travailleurs de l’eau au début du siècle. Utilisés à l’usine de Saint-Anne-De-Bellevue fondée dès 1911, ces manomètres permettaient de mesurer la pression de l’eau dans l’usine. Aujourd’hui, tous les tests dans la station sont réalisés au moyen de technologies numériques et leurs résultats sont diffusés sur des ordinateurs. Or, en 1911, il n’y a aucun écran dans l’usine. Les travailleurs dépendaient de ces indicateurs mécaniques.

Ces manomètres témoignent d’un progrès technique et scientifique. Trace de la révolution industrielle, ils montrent comment, dans les années 1910, les usines et leurs travailleurs ont amélioré la qualité de vie de toute la population. Ces premières usines de filtration profitent de deux nouveaux procédés pour traiter l’eau : la filtration et la chloration. Nous pouvons être reconnaissants des premiers travailleurs de l’eau qui ont utilisé ces outils.

Partager cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email